Décision 77009

Numéro Prestataire Juge Langue Date de décision
Décision 77009   Seniuk, Gerald T.G.  Anglais 2011-04-29

Décision En Appel Appelant Jugement correspondant
Rejeté  Non Prestataire  -

Litiges: Sous-Litiges 1: Sous-Litiges 2: Sous-Litiges 3:
départ volontaire  conditions de travail  augmentation de salaire refusée 

Sommaire:

Le prestataire a présenté une demande initiale de prestations d’assurance-emploi et son relevé d’emploi indiquait congédiement. Le prestataire a déclaré qu’il ne s’était plus présenté au travail parce qu’il était insatisfait de son salaire. À l’embauche, il gagnait 13,00$ de l’heure, il voulait une augmentation entre 14,00$ et 15,00$ de l’heure. Son employeur lui disait que les augmentations de salaire étaient impossibles étant sur le programme de travail partagé. Il lui a dit qu’il ne valait pas plus que 13,00$ de l’heure. Le prestataire a été insulté et a décidé de ne plus se présenter au travail. L’employeur a communiqué avec l’employé et lui a dit qu’à la fin de juin comme à chaque année, il reverrait les salaires de tout le monde. Le prestataire n’a pas voulu attendre et ne s’est plus présenté au travail. La décision du CA est annulée car le prestataire n’avait aucune raison valable pour cesser de travailler. L’appel de la Commission est accueilli par le JA.


Litiges: Sous-Litiges 1: Sous-Litiges 2: Sous-Litiges 3:
départ volontaire  conditions de travail  non satisfaisantes 

Sommaire:

Le prestataire a présenté une demande initiale de prestations d’assurance-emploi et son relevé d’emploi indiquait congédiement. Le prestataire a déclaré qu’il ne s’était plus présenté au travail parce qu’il était insatisfait de son salaire. À l’embauche, il gagnait 13,00$ de l’heure, il voulait une augmentation entre 14,00$ et 15,00$ de l’heure. Son employeur lui disait que les augmentations de salaire étaient impossibles étant sur le programme de travail partagé. Il lui a dit qu’il ne valait pas plus que 13,00$ de l’heure. Le prestataire a été insulté et a décidé de ne plus se présenter au travail. L’employeur a communiqué avec l’employé et lui a dit qu’à la fin de juin comme à chaque année, il reverrait les salaires de tout le monde. Le prestataire n’a pas voulu attendre et ne s’est plus présenté au travail. La décision du CA est annulée car le prestataire n’avait aucune raison valable pour cesser de travailler. L’appel de la Commission est accueilli par le JA.


Date de modification :